Rechercher

A Propos de : L'insomnie du Monde, de Ricoeur à Levinas la Nécessité de l'Autre

Ce livre rend le lecteur intelligent ! Le premier chapitre qui fait la genèse de l’humanité est remarquable. Rien que pour ça, ce livre vaut le détour !. En 15 pages, il nous fais voir la création du monde en accéléré ! C’est vertigineux ! J’ai l’impression d’avoir tout compris de l’enchaînement des miracles de la matière qui ont fait la complexité de la vie!


Puis c’est le saut de la science à la conscience, de la connaissance à la reconnaissance, pour faire un saut encore plus vertigineux !


Nous existons par une série incroyable de chances ! Nous avons gagné à la loterie de l’univers mais pour subsister et faire ce saut j’ai l’impression qu’il va falloir à nouveau jouer et tirer le billet gagnant !





J’ai apprécié la post face de Patrick Nerhot sur la philosophie profane et le temps. Cette philosophie n’aurait pas les outils pour connaitre la vérité puisqu’elle est incapable de nous affranchir du temps. J’ai vu dans la philosophie religieuse plusieurs approches de l’espace-temps, je ne sais pas si elles peuvent à nouveau nous en affranchir. Si on ne peut pas connaitre la vérité cela ne doit pas nous empêcher d’agir sur l’avenir. La philosophie profane le propose mais peut-elle nous aider à construire un avenir meilleur sans connaitre une Vérité, sans croire en un dessein intelligent?


J’ai l’intuition que le monde devient ce que nous croyons qu’il est. Si c’est vrai, comment agir sur nos croyances ? C’est ce qu’ont fait les lumières, visiblement les événements récents démontrent une fois encore que cela ne suffit pas. J’adhère volontiers à la reconnaissance de Ricoeur et à l’éthique du personnalisme de Levinas qui sont la voie de la raison mais je doute que l’inconscient collectif (auquel je crois) y trouve son compte. Peut-être manque-t-il une métaphysique de l’Amour pour répondre à ces voix de l’irrationnel ?


Ce livre m’a donné envie de me réinterroger. Mon insomnie est de penser que nous allons, instinctivement et sans nous en rendre compte, à l’inverse de notre propre intérêt. Je crois profondément à l’intelligence individuelle de chacun, il n’y a pas d’imbéciles seulement des incompréhensions imbéciles. Les différentes façons de penser et les multiples points de vue produisent du chaos ! Comment expliquer que nous faisons collectivement avec nos bonnes intentions si souvent le mauvais choix ? Pourquoi autant d’intelligences individuelles pour autant d’imbécillités collectives ? Le livre évoques le cas de ces grands scientifiques climato-septiques, pour moi c’est une manifestation du mystère insondable de l’inconscient collectif. Cette part obscure de l’homme que Carl Jung a découvert. Ce disciple de Freund a peut-être découvert un continent encore inexploré par un mystérieux processus de rivalité mimétique mis à jour par René Girard. La théorie Girardienne a l’immense avantage d’éclairer le fait religieux par l’anthropologie et l’interprétation des chefs d’œuvre de la littérature. Elle fait apparaître le christianisme comme une réponse (ou une tentative de réponse) à l’absurdité des comportements humains cachés.


Je ne suis pas optimiste sur l’avenir, je crois que nous ne sommes pas équipés pour assumer la responsabilité qui désormais nous incombe. J’en suis arrivé là en lisant un livre que j’ai bien aimé, Homo sapiens, une brève histoire de l’humanité. La thèse principale sur la force de cet animal faible qui éradique progressivement les autres espèces, repose sur l’idée de Dieu. Cette idée, venue d’on ne sait où, l’a porté pour inventer tout ce qui a abouti à ce que nous sommes. Ce Dieu ressemble de plus en plus à une projection de nos propres projections. Il conclut qu’après avoir inventé des Dieux pour dominer la création, l’Homme devient lui-même Dieu car tous les pouvoirs qui lui étaient attribués sont désormais à sa portée. Il n’est pas très optimiste sur nos capacités à assumer la responsabilité de cette puissance divine.


Ce livre, l'Insomnie du Monde, livre confirme mes craintes, la complexité du monde est trop importante pour les capacités humaines. Il ne s’agit pas seulement de nos capacités intellectuelles qui s’accroissent avec l’intelligence artificielle, mais aussi de nos capacités morales, éthiques et spirituelles qui semblent se réduire.


Je vois ce livre comme une bouteille lancée à la mer, un acte désespéré et très beau !


S’agissant de la civilisation occidentale Michel Onfray a écrit « Le bateau coule ; il nous reste à sombrer avec élégance ! » On peut compléter sa pensée, ce n’est pas seulement la civilisation occidentale c’est l’humanité toute entière qui est condamnée par elle même. Nous ne savons pas quand mais c’est imparable !


Finir mais finir en beauté est la seule issue digne de nous. Toutes ces raisons et d’autres encore me poussent à faire de la vie une œuvre d’art. Si Héraclite dit vrai « Ni le soleil ni la mort ne peuvent se regarder en face » l’œuvre d’art ne peut regarder la mort en face, elle doit regarder à l’opposé vers la joie et l’espérance. Je sais que je ne sais pas et je rêve d’une nouvelle forme d’art romantique et mystérieuse dont la joyeuse imprévisibilité nous surprendrait! Oh, Combien de situations se sont retournées comme un gant ! Dans la logique cartésienne, le connu est plus certain que l’inconnu! Dans la physique quantique, l’improbable est-il plus certain que le probable ? Peut-être connaissez-vous la réponse ?


Merci pour ce livre.

philippe silvestre

14 vues0 commentaire